Retour accueil

Vous êtes actuellement : Commissions  / CTSD  / Carte scolaire 


fontsizeup fontsizedown envoyer l'article par mail envoyer par mail

CTSD carte scolaire du 29 juin 2021

samedi 3 juillet 2021

voir le relevé de décisions et la déclaration de la FSU

RELEVE DE CONCLUSIONS

Réponses de l IA-DASEN

Le DASEN salue l’ensemble des personnels de l’éducation nationale pour leur investissement dans le cadre de cette crise sanitaire afin que les élèves puissent être le plus possible à l’école. Merci pour tous ces efforts réalisés par la communauté éducative.

Le concours CRPE :

275 postes pourvus par le concours externe avec un haut niveau de recrutement Ces candidats ont émis des vœux (Aisne Oise Somme) et seront affectés avant les vacances pour pouvoir contacter les écoles. Dans l’Aisne 92 fonctionnaires stagiaires qui auront leur affectation avant la fin de l’année scolaire.

L’école inclusive :

Concernant l’école inclusive l’ensemble des organisations syndicales dénoncent la précarité des AESH et la responsabilité de l’Etat, mais on ne peur pas dire que l’Etat n’ait rien fait : le nombre d’ AESH est en constante augmentation et est passé de 300 à plus de 800 ETP(équivalents temps plein) dans notre département. Aujourd hui env 1179 AESH dans l’Aisne. L’Objectif de l’école inclusive demeure cependant d’amener les élèves en situation de handicap vers l’autonomie.

Sur les aspects pédagogiques :

L IA-DASEN rappelle la liberté pédagogique et nous précise que les résultats aux evaluations démontrent des différences de niveau selon les secteurs. Le SNUipp FSU précise que le pilotage par les résultats est souvent contre-productif en matière d’éducation.

Les mesures de rentrées dans le premier degré :

  • Ouverture 0,5 POSTE cité éducative de Soissons : le but du projet étant la continuité du parcours des élèves et un suivi medico-social des élèves et de leurs familles
  • Maintient d’un demi-poste à la ligue de l’enseignement

Les situations d’écoles nécessitant ouverture ou abandon de fermeture ont été évoquées et défendus par le SNUipp FSU

  • Ecole Les Vieux Tilleuls à Bohain
  • Ecole Charles Clément à Hirson
  • Ecole de Moy de l’Aisne
  • Ecole Henri Wallon à Gauchy
  • Ecole de Pontavert
  • Ecole d’Anizy le château
  • Ecole Camille Desmoulins à Saint Quentin
  • Demande d’un demi poste pour l USEP

Si a la rentrée il nous reste des moyens ca fait partie des choses possibles mais actuellement pas de possibilité

Pour les vieux tilleuls à Bohain une ouverture est actée grâce à l’insistance du SNUipp

Vote contre de la FSU, les autres organisations syndicales s’abstiennent

Horaires des écoles :

A la rentrée, 11 écoles publiques et une école privée seront à quatre jour et demie sur quatre communes.

vademecum des remplacants :

Fiches du titulaire remplacant et le vademecum des remplacants 20 nouveaux remplacants de proximité seront contactés. La FSU déplore que le vademecum amendé en groupe de travail ne nous ait pas été transmis. Sur la question du remplacement la FSU émet ses grandes inquiétudes concernant l’expérimentation Andjaro dans la Somme

La déclaration préalable de la FSU

En premier lieu la FSU de l’Aisne profite de ce CTSD pour dénoncer la perte de droits des personnels dans les éléments de gestion liés à la mobilité et aux promotions. En effet la mise en œuvre de la loi de transformation de la fonction publique enlève la possibilité de discussion et de vérification, donc de transparence, en CAP par les représentants des personnels.

En second lieu la FSU tient à souligner le contexte exceptionnel dans lequel le pays a été plongé du fait de la crise sanitaire. Dans ce contexte, comment justifier la suppression de 81 ETP dans le second degré alors que les effectifs vont augmenter de 0,3% à la rentrée 2021 dans notre académie ? Sur ces 81 ETP, 41 sont transformés en HSA augmentant la charge de travail des enseignants avec des HSA imposées. Les conditions de travail seront donc dégradées à la rentrée prochaine. La FSU souhaiterait disposer systématiquement du tableau des effectifs et de la structure divisionnaire dans les documents préparatoires de chaque instance et notamment à l’occasion du dernier CTSD de l’année où il est censé être définitif. Pouvez nous préciser la nature des heures allouées à certains établissements et nous préciser les critères d’attribution. La FSU vous demande aussi quel volume horaire a été dédié pour chaque création de division. Concernant l’orientation en segpa combien d’élèves sont restés sans affectation faute de place ? Dans le premier degré on eut pu s’attendre à un moratoire sur la carte scolaire garantissant aucune fermeture de classe dans le rural compte tenu des conditions d’enseignements et du creusement sans précédent des inégalités sociales et scolaires. La FSU tient à rappeler avec fermeté la liberté pédagogique et entend mener avec la profession un débat sur l’école maternelle dont fait partie la grande section. Le SNUipp-FSU au niveau national a su faire valoir la nécessité de maintenir l’esprit des programmes de 2015. Le pilotage par l’uniformisation des méthodes en contre-partie d’un dédoublement en grande section ne fait pas sens et serait ubuesque. Le ton utilisé ici ou là pour imposer telle ou telle pratique en dit long sur quelques égo, et dénature le rôle de l’enseignant. Nous demandons solennellement de ne pas primariser à outrance ce niveau de la maternelle tant les pré-requis nécessaires à l’entrée dans la lecture sont loin d’être acquis pour les élèves de cette tranche d’âge. La question du sens reste une priorité importante, tant l’accès à la lecture et à la culture se fait quasi exclusivement par le biais de l’Ecole. La question du bien vivre ensemble et la nécessité de susciter l’envie d’être à l’école, passe bien évidemment par autre chose que certaines injonctions pédagogiques qui sont loin d’avoir fait leurs preuves.

Le vadémécum du remplaçant est à l’ordre du jour de ce CTSD. La continuité du service public, si elle est améliorable nécessite aussi que vous preniez soins de vos agents. Or la disparition des zil, bfc, brigade au profit de remplaçants départementaux zone nord et zone sud, avec un maintien limité de remplaçants dits de proximité, n’est pas forcément de nature à améliorer leurs conditions d’exercices. Pire nous vous demandons solennellement de refuser pour l’Aisne l’expérimentation andjaro qui se déroule actuellement dans le département de la Somme pour trois raisons. La première étant que l’externalisation coute très cher à l’éducation nationale (quel montant empoche cette start up par remplacement ?). La deuxième étant que la continuité du remplacement ne sera pas garantie (ce qui mettra les écoles et nos collègues en grandes difficultés). La troisième étant que vous ne pouvez pas garantir qu’un appel d’offre ait eut lieu et qu’il n’y pas eut quelques délits d’initiés ou conflits d’intérêts ici ou là. La parole du ministère n’est pas suffisante et nécessiterait davantage d’investigation. Par ailleurs la gestion humaine du remplacement au niveau des référents de proximités ou des référents départementaux serait pour le coup inopérante.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp-FSU 02- 4, rue Proudhon - 02700 Tergnier
- Tél. : 03 23 38 09 84
- mail : snu02@snuipp.fr

Pour nous trouver :


Agrandir le plan