Retour accueil

Vous êtes actuellement : Commissions  / CHS 


fontsizeup fontsizedown envoyer l'article par mail envoyer par mail

Déclaration liminaire CHSCTD du 10 octobre 2019

vendredi 11 octobre 2019

voir ci dessous

La FSU s’indigne que ce CHSCTD n’aborde pas dans son ordre du jour les suicides ou actes suicidaires. En effet, jeudi 29 août, notre collègue du 1er degré, Isabelle MADEJA, s’est donnée la mort et ne s’est donc pas rendue sur son lieu de travail comme prévu. La FSU tient à s’associer à la peine de sa famille et de ses collègues. Pour la FSU, il est primordial d’interroger le travail pour avoir la certitude qu’il n’est pas une des causes d’un tel passage à l’acte. Aussi dès le jeudi 29 août après midi, la FSU demandait la tenue d’un CHSCTD extraordinaire, demandes réitérées le 6 septembre, puis en groupe de travail le 17 septembre dernier. Après que notre collègue Christine RENON se soit donnée la mort sur son lieu de travail, la FSU s’inquiète de cette mise sous silence car les conditions de travail des agents de l’éducation sont loin d’être optimales.

La FSU demande donc le vote d’un nouvel ordre du jour pour que la question du suicide d’un agent de l’éducation nationale ne soit pas traitée en question diverse.

Dans le premier degré, les nouvelles modalités du mouvement intra-départemental, avec pour une grande partie des personnels participants, une affectation tardive et non choisie, la prise en charge d’élèves au comportement difficile ou perturbateurs, les incivilités et/ou les violences subies, … ont généré des situations de mal être au travail Dans le 2nd degré, comment éluder le nombre de situations fortement dégradées déjà évoquées dans notre instance en collège ou en lycée. L’imposition d’une 2nd heure supplémentaire obligatoire, la mise en place de la réforme des lycées, elle aussi de force, ne sont vraiment pas de bonnes conditions de travail.

Dans les services, les missions supplémentaires, les différentes demandes dans des délais imposés sans moyens supplémentaires pour y parvenir ne sont pas non plus gages de conditions de travail favorables. De plus, le nombre d’AESH qui ont sollicité la FSU est énorme par rapport aux années précédentes. Leurs conditions d’affectation ainsi que leurs conditions de travail sont elles aussi dégradées.

La pénibilité des métiers de l’éducation nationale est une réalité qui est malheureusement minimisée par notre ministre et le chef de l’état. Actuellement, la profession signe massivement la pétition unitaire #plusjamaisça alors que résonne encore le mouvement #pasdevague... Concernant les points proposés, le rapport de l’ISST rappelle ce que demande la FSU depuis des années, le besoin d’analyser les différents accidents de services car il est primordial de dégager des axes de préventions. La FSU souhaite que soient abordées plusieurs situations : la création du service de l’école inclusive, l’analyse des remontés des fiches RSST ou RDGI, les situations particulières évoquées en groupe de travail ainsi que la question de l’amiante sur le lieu de travail et de l’absence ou la non réactualisation quasi systématique des DTA.

Pour finir, la FSU souhaite revenir sur la situation du collège d’Harly où le rapport de visite présenté au CHSCTD de juin n’a toujours pas été diffusé sur site. La FSU rappelle aussi ses inquiétudes concernant les conditions de travail des agents et l’alerte émise par la secrétaire du CHSCTD02 le 29 septembre 2019.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp-FSU 02- 4, rue Proudhon - 02700 Tergnier
- Tél. : 03 23 38 09 84
- mail : snu02@snuipp.fr

Pour nous trouver :


Agrandir le plan