Retour accueil

Vous êtes actuellement : Commissions  / CDEN 


fontsizeup fontsizedown envoyer l'article par mail envoyer par mail

déclaration au cden du 21 septembre 2017

mercredi 20 septembre 2017

Les annonces gouvernementales ne laissent place à aucun doute. C’est la poursuite d’une politique libérale avec la mise à mal du code du travail, la précarisation des salariés et les emplois aidés remis en cause. La fonction publique n’est pas épargnée : gel du point d’indice, retour de la journée de carence, hausse de la CSG. Face à ces attaques, la FSU appelle à des journées d’action ce jour-même et le 10 octobre.

Dans notre département, malgré une rentrée en musique, les couacs restent nombreux.

Concernant le dédoublement des CP en REP+ (CP à 12), la FSU s’en félicite mais déplore les 28 redéploiements (PDMQDC, BFC, BDI). Les mesures à moyens constants ne sont pas la solution. Avant même que le dispositif précédent plus de maitres que de classes ne soit évalué, il est supprimé en éducation prioritaire. Alors même que nous venions de pallier collectivement à une situation de non remplacement des enseignants, cette mesure grève notre capacité de remplacement et de formation de 15 personnels.

Les annonces ministérielles sur les futurs dédoublements en CE1 en REP + ; En CP et CE1 en REP à l’horizon 2018 vont nécessiter soit du redéploiement que la FSU condamnera soit une augmentation considérable du nombre de places au CRPE de l’académie d’Amiens. Pour le seul département de l’Aisne cela nécessite la création de plus de 100 ETP budgétaires pour couvrir les besoins dans les 4 REP+ et les 11 REP du département. A l’échelle de l’académie cela représente entre 300 et 350 ETP. Sachant qu’un stagiaire n’effectue qu’un mi temps de service, La FSU vous laisse faire le calcul de l’ampleur des besoins.

De façon plus générale, le nombre de 19 élèves par enseignant (et non par classe) est en France très largement supérieur à la moyenne des 11 pays comparables de l’OCDE, où le nombre est de 14 élèves par enseignant. Si l’ambition ministérielle est la réussite future de notre jeunesse, la dépense budgétaire en matière d’éducation se doit d’être plus largement abondée. En collège, l’assouplissement de la réforme a certes permis d’alléger le dispositif, mais il a renforcé l’autonomie des établissements, sans créer de mixité sociale. Dans notre académie, il manquait 80 postes à la mi-septembre. Dans le département de l’Aisne, 12 professeurs de mathématiques, notamment, manquent à l’appel. La Plupart des titulaires remplaçants ont été nommés à l’année. Force est de constater le manque d’attractivité de nos métiers, nous sommes depuis plusieurs années dans une crise de recrutement majeure. La FSU comprend l’inquiétude des parents fa ce à ces problématiques.

Vous avez, M le directeur académique, rendu des moyens dans les situations les plus criantes, mais cela n’est pas suffisant. Les effectifs par classe restent élevés dans de nombreux établissements. Des mesures sont annoncées : aide aux devoirs, retour aux classes bilangues, création de sections européennes, soutien au x lettres classiques, à l’allemand, mais où sont les moyens ? Comment faire revivre ce qu’on a massacré pendant des années ?

La FSU constate, une fois encore que les conditions de rentrée se sont dégradées. La suppression à terme des contrats aidés va peser lourdement dans les écoles et les collèges. Ces contrats qui contribuent au bon fonctionnement des établissements, à l’aide aux élèves en situation de handicap sont indispensables et devraient déboucher, non pas sur des suppressions, mais bien sur des créations de postes pérennes et statutaires, conformément aux besoins.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp-FSU 02- 4, rue Proudhon - 02700 Tergnier
- Tél. : 03 23 38 09 84
- mail : snu02@snuipp.fr

Pour nous trouver :


Agrandir le plan